L’intérêt du diagnostic précoce Alzheimer désormais indiscutable

L’intérêt du diagnostic précoce pour mieux vivre avec la maladie

30%. C’est le taux de patients présentant des symptômes similaires à ceux de la maladie d’Alzheimer en France sans en être atteints. Par ailleurs, encore beaucoup de personnes refuseraient de se faire diagnostiquer remettant en cause l’intérêt du diagnostic précoce en l’absence de traitement curatif. Différents aspects apportent néanmoins la preuve de l’importance d’établir un diagnostic le plus rapidement possible.

S’il ne s’agit pas d’une maladie d’Alzheimer, la pathologie dont le patient est atteint pourrait avoir un traitement et une prise en charge spécifiques. « Il est donc très important de savoir si les symptômes, les troubles de la mémoire et du langage sont en lien avec la maladie d’Alzheimer ou s’il ne s’agit pas d’un AVC passé inaperçu par exemple. » explique le Dr Maï Panchal, Directrice scientifique de l’association LECMA-Vaincre Alzheimer.

Par ailleurs, pour les personnes nécessitant un traitement contre le diabète ou la tension, le médecin doit s’assurer que le patient comprend et est capable de prendre correctement ses médicaments. « D’où l’importance de savoir si une personne est atteinte de la maladie d’Alzheimer ou non. Si tel est le cas, le médecin doit demander à la famille de vérifier et de contrôler la prise régulière du traitement. » indique le Dr Panchal.

Les essais thérapeutiques sont également un argument de taille en faveur du diagnostic précoce. Les personnes diagnostiquées Alzheimer peuvent y participer sous réserve de remplir certaines conditions. « Cela constitue une chance de découvrir un nouveau traitement et d’en bénéficier le jour où l’un d’entre eux s’avérera réellement efficace » affirme la Directrice scientifique.

Enfin, les personnes malades peuvent bénéficier d’une prévention secondaire dont l’importance est capitale pour éviter l’aggravation des symptômes liés à la maladie d’Alzheimer. « Sans un diagnostic précoce, les professionnels de santé ne peuvent pas mettre en œuvre cette prévention qui permet au patient de vivre mieux et d’éviter de voir son état se dégrader trop rapidement » conclut le Dr Maï Panchal.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.